Les dossiers

Les vacances

Départ à l'étranger

Destination éloignée ou pays tropicaux, certains pays vous garantissent le dépaysement. Mais pour que rien n’entache le rêve, quelques précautions médicales s’imposent.

  • Avant de partir
  • Pensez à emporter avec vous les coordonnées du consulat de France de votre destination. En cas de problème majeur, ils seront des interlocuteurs utiles sur place.
  • N’oubliez pas non plus d’emporter les pièces suivantes : cartes de groupe sanguin, ordonnances et justificatifs pour vos traitements en cours (notamment si vous devez emporter des seringues en avion), cartes de mutuelle et éventuellement assurance rapatriement.
  • Quelques semaines avant le départ, des visites chez le médecin et chez le dentiste sont une bonne précaution qui vous évitera de devoir expliquer dans une langue inconnue pourquoi votre rage de dent s’est soudainement réveillée !

 

  • Comment ne pas être malade à l’étranger ?

Lors des vacances à l’étranger et selon la destination, jusqu’à 64% des voyageurs sont malades. Cela reste souvent bénin mais peut gâcher le séjour. Le plus fréquemment : diarrhées du voyageur, rhumes passagers, dermatoses, fièvre.


Pour les éviter : pas d’aliment cru, pas d’eau locale, se laver les mains. Veiller à protéger votre corps des chocs thermiques et des conditions climatiques inhabituelles.

Sans être exhaustifs, voici quelques-uns des principaux troubles fréquemment rencontrés lors des voyages en France ou vers des pays plus éloignés.

  • Le mal des transports

Nombreuses sont les personnes souffrant de « cinétose », ou mal des transports. Selon les cas, nausées, vomissements, malaises peuvent se déclencher en voiture comme en bateau, en avion ou en train. Pour éviter de gâcher son voyage et pouvoir regarder le paysage en toute tranquillité, le mieux consiste à prendre un traitement antihistaminique ou un traitement homéopathique quelques heures avant le départ.

 

  • Le décalage horaire

Le fameux « jet lag » est avant tout une désynchronisation de l’horloge interne qui perd ses repères. Ses effets : un trouble du sommeil qui peut dériver vers un malaise général, des troubles intestinaux. Pour se remettre d’aplomb ? Sieste et repos. Le rythme régulier des repas aidera aussi l’organisme à retrouver plus rapidement ses marques.

 

  • Le mal des montagnes

C’est un mal connu des randonneurs adeptes des altitudes supérieures à 2500m. Après plusieurs heures, la raréfaction de l’oxygène (hypoxie) agit sur l’organisme. Les symptômes, non anodins, apparaissent dans les 12 à 24 heures : maux de tête, étourdissements, lassitude généralisée, perte d’appétit. Plus grave, une hypoxie peut provoquer la formation d’œdèmes. Un seul remède : descendre à une altitude moins élevée pour « récupérer » dès l’apparition des premiers signes.

 

  • La diarrhée du voyageur

Communément appelée « turista », elle touche environ un voyageur sur deux lors des séjours vers les destinations exotiques. Le plus souvent bénigne, mais pouvant connaître des crises aiguës, elle survient généralement lors des cinq premiers jours. Pour l’éviter : boire uniquement de l’eau en bouteille encapsulée, pelez soigneusement fruits et légumes, les consommer cuits plutôt que crus. Sans oublier : se laver les dents à l’eau minérale, éviter les glaçons et glaces, emporter avec soi des comprimés pour désinfecter l’eau.

 

  • Le paludisme

Cette infection tropicale se transmet par piqûre de moustique. Elle peut apparaître rapidement (une semaine environ) ou plus tardivement lors de votre retour (jusqu’à deux ou trois mois). Chaque année, on compte 4500 voyageurs français atteints de paludisme.
Les premiers symptômes sont un état grippal avec fièvre, des maux de tête, un embarras gastrique. Pour la prévenir : prendre un traitement antipaludéen quelques semaines avant le départ et le poursuivre jusqu’à quatre semaines après le retour. Veillez à adapter le traitement selon la région visitée : les infections varient d’un pays à l’autre, et certaines formes sont de plus en plus résistantes aux traitements. Dans tous les cas, protégez-vous des moustiques (lire ci-dessous).

 

  • La fièvre jaune

Elle aussi se transmet par piqûre de moustique qui véhicule le virus des animaux vers l’homme dans les zones tropicales. Cette maladie est dangereuse et peut évoluer vers un décès rapide en l’absence de traitement. Pour s’en prémunir, une seule solution efficace : le vaccin à effectuer environ 4 à 6 semaines avant le départ. Sa durée de protection est de dix ans.

 

  • La dengue

C’est une sorte de « grippe tropicale », un virus qui se transmet, lui aussi, par piqûre de moustique. Dans la semaine qui suit l’infection, les symptômes apparaissent : maux de tête, nausées, vomissements, douleurs articulaires et musculaires, boutons type « rougeole ». Certaines formes plus rares peuvent avoir des conséquences graves. Pour la prévenir : se protéger des moustiques (lire ci-dessous).

 

  • Le chikungunya

En swahili, chikungunya signifie « qui marche courbé en avant », ce qui est révélateur de ses symptômes. Dans la dizaine de jours suivant l’incubation, le malade éprouve des douleurs articulaires (arthrite) aux poignets, aux chevilles, aux mains, aux genoux… Elles peuvent s’associer à des maux de tête, à des douleurs musculaires. Pour s’en prémunir : protégez-vous, là aussi, contre les moustiques (lire ci-dessous).

 

  • Comment se protéger des moustiques ?

 

  • Porter des vêtements longs et couvrants (si possible imprégnés de répulsifs pour vêtements) et n’oublier pas de couvrir pieds et chevilles le soir.
  • Appliquer un répulsif cutané sur toutes les parties découvertes du corps, visage compris, ainsi que toutes les parties pouvant se trouver découvertes à l’occasion de mouvements.
  • Dormir sous une moustiquaire (imprégnée d’insecticide) dans des pièces dont les ouvertures (fenêtres, portes) sont de préférence protégées par des grillages. Elle doit être en bon état et utilisée correctement (soit bordée sous le matelas soit touchant le sol).
  • Eviter de sortir la nuit sans protection anti-moustiques, même un court instant.
  • Utiliser régulièrement une crème ou un produit répulsif adapté pour les pays tropicaux et subtropicaux.

Pour tous et quelle que soit la destination, mettre à jour les vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal : tétanos, poliomyélite, diphtérie et coqueluche, rougeole éventuellement …

Selon votre destination, certains vaccins sont obligatoires et d’autres fortement recommandés.

Vous trouverez la liste des vaccinations obligatoires ou recommandées par pays en cliquant sur le lien suivant : http://www.levoyageur.net/vaccins.php

Suivez nous

Suivez nous

facebook twitter