Les dossiers

L'audition

Le système auditif

Notre système auditif est régit par un mécanisme ingénieux comprenant une partie mécanique (l'oreille moyenne) et une partie électrique (l'oreille interne).
 
Nos capacités auditives et de communication sont dépendantes de l'intégrité de ces parties. Les cellules sensorielles (cellules ciliées) qui servent de décodage des vibrations en influx nerveux électriques sont tels des roseaux qui réagissent au gré de la force du vent.
 
Tout d'abord, le pavillon va servir d'intermédiaire entre le dedans et le dehors. Il capte les sons et les amène au tympan par le conduit auditif. L'audition est alors déclenchée grâce à la vibration de l'air se déplaçant sous la forme d'une onde. Cette action est la première d'une chaîne d'opérations complexes qui font que l'on entend et que l'on comprend.
 

La partie mécanique

 

Derrière le tympan se trouve le marteau qui est un petit os. Quand la membrane vibre, c'est-à-dire le tympan, le marteau vibre et met en mouvement l'enclume puis l'étrier et grâce à ce mécanisme: la vibration du tympan est amplifiée. L' étrier est relié à la cochlée, en colimaçon, dans laquelle il y a un liquide où baignent des petits cils, les cellules ciliées. Lorsque le tympan bouge, le marteau, l'enclume et l'étrier mettent en mouvement le liquide qui fait bouger les cellules ciliées (appelées cellules sensorielles).
C'est là qu'intervient le processus électrique de l'oreille.

 
La partie électrique

En vibrant, les cellules ciliées vont envoyer des décharges électriques (les influx nerveux) au cerveau par le nerf auditif. Le cerveau va alors interpréter le son.
 
Celles placées à l'entrée de la cochlée sont sensibles aux aigus et celles positionnées en haut de la cochlée, aux graves.
 
Lorsque la pression est forte (son intense), une réaction en chaîne va répercuter le mouvement mécanique et créer une forte pression. Telle une tempête sur un lac, les cellules ciliées se courbent tels des roseaux et certaines fléchissent voire se décrochent.
 
Dans ce cas, elles ne peuvent plus transmettre des influx nerveux au nerf auditif. Le cerveau ne reçoit plus l'information pour décoder et interpréter.

Source : Association "Journée Nationale de l'Audition", www.journee-audition.org

 

Suivez nous

Suivez nous

facebook twitter