Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

3 février 2020

SRAS, Mers-Cov et maintenant le 2019-nCov en Chine. Régulièrement, l’actualité nous rappelle l’existence de ce qu’il convient d’appeler des « coronavirus ». Mais au fait, c’est quoi un coronavirus ?

Une grande famille ! Voilà ce que sont les coronavirus.

 

Ces virus pathogènes pour l’homme provoquent en effet des maladies allant du simple rhume à des infections pulmonaires sévères, responsables d’une détresse respiratoire aiguë. Ils sont entourés d’une capsule de protéines en forme de « couronne » qui leur vaut leur nom.

Ces virus se transmettent facilement d’homme à homme par voie aérienne, au contact de sécrétions ou d’objets contaminés, particulièrement en période hivernale.

 

Deux coronavirus ont entraîné des épidémies graves chez l’Homme : le SRAS, responsable d’une épidémie mondiale entre novembre 2002 et juillet 2003 (plus de 8 000 cas ont été recensés dans 30 pays et 774 personnes sont décédées) et le Mers-CoV, identifié pour la première fois en 2012 au Moyen-Orient (1 589 cas et 567 décès dans 26 pays).

Depuis janvier 2020, la découverte d’un nouveau coronavirus (2019-nCov) a été annoncée par les autorités sanitaires chinoises et l’OMS.

 

Des symptômes variables

 

« Les infections par le SRAS-CoV et le MERS-CoV sont asymptomatiques chez certaines personnes », note l’Inserm.

« Elles peuvent induire une simple fièvre accompagnée de toux chez d’autres. Mais, elles peuvent aussi entrainer une détresse respiratoire aigüe et le décès de la personne infectée. » Quant aux traitements, il faut savoir qu’il n’existe pas de médicament spécifique contre ces virus. « La prise en charge repose sur des traitements symptomatiques et des soins de support. »

 

Comment ces virus parviennent à l’Homme

 

Pour le 2019-nCov, le réservoir est encore inconnu. Mais pour le SRAS-CoV et le MERS-CoV, c’est la chauve-souris la responsable. « Le virus est asymptomatique chez cet animal », continue l’Inserm. « Un hôte intermédiaire est nécessaire à la transmission de ces virus à l’Homme : la civette palmiste masquée pour le SRAS-CoV, vendue sur les marchés et consommé au sud de la Chine, et le dromadaire pour le MERS-CoV. » Ensuite, le virus passe chez l’Homme via les sécrétions animales.

 

Source : Inserm


Partager cet article

Suivez nous

Suivez nous

facebook twitter